:: Plan du site Agenda Liens Rédacteurs Contact ::  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vous êtes ici >> Sommaire >> Evénements >> Rétrospectives sur les Municipales

Rétrospectives sur les Municipales
 

Rétrospectives sur les Municipales racontées par notre maire honoraire Etienne Lenormand.

Les tribulations d’un candidat.

Les élections municipales, dans nos communes rurales, ont toujours été une bonne occasion de procéder à des règlements de compte envers quelques candidats un peu trop certains de leur évidente victoire personnelle.

L’un de ceux-ci, que nous nommerons Marius, pour sa tendance marseillaise à l’exagération, quoique pur normand, était, dans les années 30, premier adjoint. Il n’y en avait qu’un, donc fier de l’être. Et croyait le rester à vie, multipliant ses largesses et ses bassesses envers les électeurs. C’était mal les connaître.

Le jour du scrutin tant attendu fut catastrophique pour Marius qui se retrouva en ballottage, en très mauvaise posture. Trop fier pour abandonner la partie, se joignant à quelques égarés dans le même cas, il annonça sa candidature pour le scrutin suivant, et c’est auréolé de quelques dizaines de voix, chèrement acquises, qu’il réintégra l’assemblée communale. Mais le cauchemar n’était pas fini…

A l’élection de l’adjoint, quelques jours après, il voulut récupérer son poste. Il fut carrément éliminé au profit de son meilleur ami qui ne put que difficilement cacher un discret sourire complice.

Mais le calvaire de Marius n’était pas terminé. Une âme charitable se rendit, sitôt le verdict officialisé, à l’église, ouverte à cette époque et suite à une fausse manœuvre, ou plus sûrement volontairement, déclencha à toute volée la sonnerie aux morts, le tocsin, au grand désespoir de Marius qui n’apprécia pas du tout cet hommage du soir. C’en était déjà trop…

Et ce n’était pas fini…

En guise de reconnaissance pour tant d’années au service de ses concitoyens, il découvrit, à son réveil, après une nuit agitée, accrochée à la grille de sa maison une superbe veste réservée, selon une vieille tradition, aux candidats malchanceux.

Mais, bien entendu, je ne souhaite à aucun des futurs candidats un sort aussi cruel.

Histoire vécue.

Un de mes administrés vient me trouver un jour, me disant Monsieur le Maire, il me faudrait un certificat de concubinage pour avoir droit à la sécu, suite à la morsure par un mauvais chien de sa voisine, sur la personne de sa concubine dans sa partie la plus charnue de son corps, sinon la plus belle.

Je voulus bien satisfaire sa demande, mais à une condition de précaution, d’être au moins le témoin de leur vie intime, et je lui proposais d’être présent à une partie de leurs ébats nocturne pour justifier l’exactitude du certificat demandé.

Après quelques instants de réflexion, il me fit par de son accord, me disant : "Bien, puisqu’il le faut, Monsieur le Maire, vous pouvez venir quand vous voudrez". Je ne les ai pas dérangés et ils eurent leur document sans conditions, je leur faisais confiance, ils la méritaient.

Les Municipales – Un devoir civique.

Voter, c’est un droit pour lequel nos ancêtres se sont battus pour l’obtenir, mais bon nombre de nos concitoyens semblent l’oublier.

Une de nos anciennes et honorables administrées que nous appellerons blanche à cause de sa belle chevelure blanche se faisait un devoir, à chaque élection, malgré son grand âge d’aller voter. Croyant appuyer la validité de son bulletin de vote, elle y ajoutait sa plus belle signature bien lisible.

Nous lui avions conseillé à chaque fois d’éviter cette pratique qui entraînait la nullité de son vote. Rien n’y fit mais cette brave dame eut jusqu’à la fin de sa vie, la satisfaction d’avoir accompli son devoir civique et de partir en paix, avec sa conscience…

Je remercie Monsieur Etienne Lenormand pour ces récits savoureux.
Béate Martin

  Publié le : 14 janvier 2008
 
 
  
  Powered with SPIP
© 2005/2008 Stéphane Cadinot