:: Plan du site Agenda Liens Rédacteurs Contact ::  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vous êtes ici >> Sommaire >> Evénements >> Mémoire de campagne

Mémoire de campagne
 

Discours du maire :

Fout le monde est assiette. Tertous, Victoire, y a rien comme monde su la plache d’Ia commeune. Toute la contraïe et pi toute l’assemblaïe est là. On a ti de la chance, y a ti pas du biaille temps, on va toujou en profiter annui. L’pi à crame est l’capet. Y vous d’champ eune bonne garnaïe su l’paletot et pi la neuche est hasardait’ et pi la futue est arrosaïe et pi personne est cotent.
Apre tout l’ofïichiel et le règlement tout cha. j’va échailler de vo bavacher queuque chose. Mes zéfants, j’ai echaillé de savé comment qu’vos vos étié connu, pace que j’aime bien tout savé. J’ai été vai Maite Malandain pi sa mointié, Maite Durecu pi sa bourgeoise, comme cha, ça faisait eune table de 4 pou touillé les dominos. On a fait un coup de domino après (’marché de Goderville l’mardi de Pâques. A vrai die, c’est que la p’tite Durecu et l’ptit Malandain. y z’ont pas eu trop leu mot à die dans l’histoie. Cheu les Durecu, ça pas été trop dû. La fille y voulaient la placher. Mais cheu les Malandain, ça été eum tieu pu dû.

Dans mon enquête, y ma été rapportai, me, l’mé de la commeune. qui fallait que la bru était comme cha et pi pas autrement, sinon y fallait traché aillieu. Il est délicat a mouch l’pé malandain. Biem. Pou c’mencher, la bru, devait êtes toute seule : l’garchon itou ; comme cha est bien. Par rapport à la succession et pi au partage, est tout plein facile : ça coûte moin cheé et pi comme cha on se fâche point eune toute. La bru, y fallait qu’elle ait "d’quoi". Eune belle pièche de terre, a récupérer au bout.
Et pi eune fille de cultivateu qui connaisse bien l’boulot surtout pou tré les vach. Pas eune molle quoé. Il pi pas eune fille de la ville. Y avait bien les 2 filles du boucher de Boulbé ; il était mâquillon itou et pi elles v’naient à la maison aveu leu pé pou acheter des bêtes. Elles v’enaient pas pou vait les bêtes mais pou vait l’garchon Lexan, s’te belle idaïe. Jules a dit à san gars : tu va t’fait ave aveuc ces 2 botaïes là et pi est des sacrées effrontaïes. Tu sai man gars, j’veïe clé.
Et pi eune bonne fille d’Ia terre qui bosse et pi qui porte é siaux d’iaillc pleins, sans faux col et sans pleué. Kt pi eune bonne fille avec des jo pleines, rougeaudes, aveuc d’Ia falc et pi eune bonne croupe de poulinier ; Et pi eune femme économe aveuc san troussaie forchément : pas trop portaïe su la toilette. la poude de riz, la crème tokalon. tout cha.
Et pi pou en fini, eune fille qui fâche point de grimachcs. eune fille qu’a d’Ia fachon quoi et pi eume tieu dégouginaïe qouc Vain dieu qu’ca été dû. Y a pas eu qu’eunc partie de domino. Cà a due 2 ans s’t’histoie. Il a bien fallu qu’les jeunes s’aiment ; étai obligé, pou en fini l’a annui. J’cré qu’ c’est réussi, pas les jeunes.

Y sont ti point gentils. Est des /éfants de la commeune. J’les ai connus tous petits ,J les fait danser su mes genoux en jouant à domino : te rappelle-tu Emilie. Est ti point de baïlles zéfants. Guetté me cha ; i z’ont lé cotents. Y s’ont les yeux qui brillent comme un cat qui tchille dans du son.
Depuis qu’vos êtes passés devant me, vos êtes des conjoints et j’en sieu fié : est grâce à me et sieu cotent itou. Comme cha tout le monde est cotent. Asteu qui /’ont dit "oui", y sont tout trifouilles à l’idaïe de s’te nuit. La mariaïe est oco toute étremblaïe.
Lixan, j’voudrais bien êtes a ta plache et savé c’que j’sais. Cré nom de d’Ia. Qui’t’en di Hor-tense. Hortcnsc est ma patronne. Comme de fait, la patronne, ou’que t’ai, j’entends la pouilleuse qui gueule ; est s’rait en cache, faut la porter au loin.

J’fini cha pi on va y aller à 2. Vas-y, y l’ai pas facile a t’ni. Vas-y, ai l’nom d’man loin. Pou ceuscs que câ intéresse, cheu me, les saillies sont pas ché ; cheu /’autes est pu ché. Parlé me du mariage. 1, mariage entre le bonhomme et pi la bonne femme est comme l’a dit Maite Larousse dans san dictionné que le maîte d’école m’a praitai. Tout récopi, l’ma-riage est l’union de deux sesques, tchesq, cheq, j’va bien arrivé a l’di c’mot là : est un mot moderne. d’Ia ville. Bon j’y va : l’Mariage est l’union de deux sexes, ça y est, ça été dû. donc de deux sesques différents qui s’appuient l’un su l’aut pou écarter les problêmes de la vie. Est cha la définition du couple.
Alors mes /éfants vos allé/ vive côte à côte par un sentier bordai de rosés et d’epaines qui met tout drait à la vieuillesse heureuse qu’on a tant mal a ave quand on est jeune. Ah la vieuillesse qui nos fait di : j’va moui mais j’avons bien vécu Bon d’Ia.
Pou y arriver, i faut fé fâche aux obstacles qui sont pou l’pas de l’homme qui c’menche dans la vie. s’qu’est l’ornicr du c’hmin à la patte du viaille qu’on mène a l’abreuvoué pou l’premier coup. Y faut-i ave la volontai de s’qu’on veut, pou pouvé fé s’qu’on peu nom de d’Ià.
Y a qu’eune chose à fé : parti la main dans la main, en travaillant des deux bras pou laboué la terre et pi soigner rbétail qui fait la forche d’cune nation dont j’sieu fié d’r’presenté comme me de la commeune. Dis don la patronne, t’es toujou là, y a l’bêton qui va vêler.

J’Ié mis dans l’fou tout seul, comme cha y va êtes tranquille. Vas-i vai. Si y s’apprête, tu vien m’cri. On va pas perde la me pi l’viaille ; y en a pou des sous.
Mes /éfants, faut pas oublier eune toute que vos êtes là pou fait des /éfants itou et pi est pou la race. L’Amour Ah l’Amour avec un H majuscule est la pu belle institution de la République Bon d’Ià ! ! Té la jeune épousaïc. guette ta me qui pieu comme eune madeleine. Pieu pin mâche, tu l’a rverra ta Emilie.
Et pi té Emilie, ta me a va t’donner des conseils en attendant qu’t’cn bonhomme t’ouve toute grande aux checrets de l’Amour. Ah l’Amour ! !
Et pi té man garchon. ta pas besoin q’on t’fache l’école. Tai nai dans eune ferme et pi a c’quc t’a vu aveu les bêtes, tu sai c’que c’est la vie humaine. Est-i point bai tout cha. A l’Amour ! ! Bon asteu, j’va arrêté. J’vaille que la me est toujou là. L’bêton est toujou pas vêlai.

Tant mieu Avant d’parti. j’profite d’ave la parole en main, pou vous die que j’vien d’ave eune nouvelle marque d’engrais pou les bctt à chuque et pi les bctt à vach ; ceuses qu’en veule. j’Ia mais à chent sous la pouch. est pas ché. Eaut oco que j’vos dise, comme c’est écrit derrié me Libellai Egaillai Fraternitai, comme de juste. Et pi j’souhaite de garder l’gouvemement comme il ai : est un bon gouvernement, qu’est socialisse autant que républiquin. As teu. pou fini, j’allons crier tertous, en t’cheu : Vive la Mariaïe et pi la République aveuc ! ! ! Allé vo êtes prêt tertous : Vive la Mariaïe Vive la République Victoire, passe me tan moucheu. j’en sue.

  Publié le : 19 février 2006
 
 
  
  Powered with SPIP
© 2005/2008 Stéphane Cadinot